Pratique de la Vision et discrimination

par Paul Vervish


Nous cherchons tous à vivre libres, à nous libérer de ce qui nous entrave. Nous lisons des livres, nous réfléchissons et découvrons que cette entrave ne peut être que l’illusion de nous croire une personne, de nous croire cet ego... Arrivés là, en général commence la souffrance. Comment parvenir à prendre conscience de cette identification alors que le mental, l’outil choisi pour cette démarche, est l’agent même de notre esclavage... ? Comment étudier l’ego à partir de l’ego !
Heureux ceux qui, arrivés à ce point, trouvent Douglas Harding sur leur chemin. Il est l’homme pragmatique par excellence. Il ne prêche pas, n’explique pas : il montre, et ce qu’il montre, c’est à vous seul de décider si cela vous est utile ou non.


Notre attention a l’habitude de s’identifier à ce qu’elle perçoit et à nous entraîner, en quelque sorte, hors de nous mêmes. Douglas nous ramène sans effort à notre vraie place et nous cessons d’être fascinés par ce qui est vu, pour prendre conscience de CE QUI VOIT. Dès lors, nous avons le pied à l’étrier.
La différence entre la manière de voir automatique et la vraie (la seule !), continuellement soulignée par Douglas Harding est grande, mais les conclusions à en tirer sont, elles, incommensurables. A condition de le faire bien entendu. Constater la différence entre les deux manières de voir, même s’en émerveiller, ne suffit pas. Nisargadatta Maharaj disait : « Dans la recherche de la vérité, vos outils sont : le corps, la sensibilité et la raison. Le Guru vous apprend à vous en servir, mais le travail vous seul pouvez le faire. »
Tout change lorsque nous pouvons constater que nous pensons et agissons « mécaniquement » en fonction d’un bagage mental de convictions, de routines, formules, émotions jamais remises en question. Elles conditionnent nos réactions, elles nous agissent et, tant que nous n’en avons pas pris conscience, nous sommes comme un bateau de papier emporté par le ruisseau, livré aux chocs et aux courants.
Ce n’est qu’en nous appuyant sur notre véritable identité, en entrant en contact avec Je Suis, que nous pouvons juger notre situation et constater que cet ego vilipendé d’où nous vient tout le mal n’est pas notre ennemi. Il remplit sa tâche qui est de donner à notre personnalité un semblant de cohérence, (ce qui n’est pas une mince affaire). Le seul problème est que nous lui laissons prendre une place qui n’est pas la sienne.
Grâce à la Vision, je possède enfin ce point de référence. Je dispose d’une vue panoramique de cet édifice qui porte mon nom. Edifice où la personne évolue comme un somnambule, passant d’une pièce à une autre sans s’en apercevoir, l’esprit toujours occupé par un projet, une idée, un sentiment. Voir ce désordre est un point capital. Me découvrir étroitement conditionné par le besoin d’avoir raison et d’être le plus fort est indispensable car il me permet, enfin, de découvrir comment fonctionne la personne.
Pour cela, le « Voir Juste », tel qu’il est initié par Douglas, est sans prix. Il permet la chose la plus difficile, celle sur laquelle les philosophes de tous bords ont achoppé pendant des siècles : révéler, au-delà de tous concepts, l’observateur immuable de cette agitation, observateur dont l’essence est Je Suis
Ce cœur de nous-mêmes, Douglas nous permet de l’atteindre grâce à des moyens simples, toujours disponibles, et irréfutables parce qu’ils révèlent l’évidence. Prenons conscience de la valeur de ce qui nous a été donné et ... VOYONS.


Retour à la liste des textes et articles autour du thème
« Qu'est-ce que la Vision Sans Tête ? »