Une expérience de vision sans tête les yeux fermés

par José Le Roy

Cet exercice est un peu différent des autres car il s'effectue les yeux fermés et donc en se passant de la vision des formes et des couleurs. Dans les stages de Vision Sans Tête, certaines questions reviennent souvent: qu'en est-il pour les aveugles ? Peuvent-ils aussi voir leur vraie nature ? La vision est-elle la seule porte d'entrée vers notre véritable identité ? Quels rôles jouent les autres sens, comme l'ouïe ou le toucher ?

Cet exercice appelé "les yeux fermés" permet de répondre à toutes ces questions en nous montrant de manière très concrète qu'on peut accéder à ce que nous sommes vraiment autrement que par la vision.

Cet exercice devant donc se faire les yeux fermés, il est nécessaire de lire les questions ci-dessous avant l’expérience et de se les poser mentalement ensuite pendant l'expérience. (ou quelqu'un peut vous lire ces questions)


Installez vous dans un endroit tranquille. Adoptez une position confortable; vous pouvez même vous allonger mais prenez garde alors de ne pas vous endormir. Encore une fois, ne cherchez pas à saisir CE que vous êtes avec votre mental ou vos émotions; laissez les pensées et les affects "passer" en vous sans chercher à intervenir sur eux. Ce qui importe, c'est de rester attentif à ce qui vous est donné dans l'expérience de l'instant présent. Laissez donc les concepts et les images de coté, autant que possible.


Tout d'abord prenez conscience tout simplement de la présence de l'Etre en vous, c’est-à-dire de la présence immanente de la conscience. Soyez attentif au pur "Je suis"; ne pensez pas "Je suis un homme" ou "Je suis une femme"; ne plaquez aucun concept sur le "Je suis", aucun nom; laissez le vivre en vous. Ce "Je suis", cette conscience, est très familier mais ressentez le comme si vous le contempliez pour la première fois de votre vie.
Ainsi constatez que le "Je suis" ne dépend pas de vous. Il est là, présent, sans effort. Laissez vous ravir par cette présence bienfaisante, par sa plénitude. Ne vous attachez pas aux pensées ou aux émotions, mais laissez les passer sans chercher à les saisir. Revenez toujours à la simple présence du "Je suis". Remontez à la source de l'être, faites comme le saumon qui remonte vers la source de la rivière. Ne quittez pas le courant du "Je suis"; nagez en lui, installez vous dedans. Ne faites plus qu'un avec lui; vous êtes le "Je suis".


– Dans l'instant présent, avez-vous des limites ? Y-a-t-il un endroit où vous vous arrêtez et où le monde commence ? Pouvez-vous trouver des frontières à votre moi ? Etes-vous enfermé dans un sac de peau à forme humaine ? Avez-vous une forme humaine ? N'êtes-vous pas plutôt sans forme maintenant ? (Il n'y a pas à s'effrayer d'être sans forme, au contraire goûtez cette infinitude.)


– Quelle est votre taille dans l'instant présent ? Y-a-t-il un endroit où vous vous arrêtez et où le monde commence ? Pouvez-vous par exemple trouver vers le haut un arrêt à votre être ? Ne continuez-vous pas indéfiniment dans cette ? Pouvez-vous réellement dire si vous mesurez deux mètres, trois kilomètres ou un centimètre ? Votre présence, la présence du "je suis" n'est-elle pas immense, sans limite ?


– Des sensations (de chaleur, de fourmillement, etc.) apparaissent en vous mais ces sensations suffisent-elles à vous enfermer dans une boite à forme humaine ? Les sensations ne sont-elles pas simplement des phénomènes qui naissent et disparaissent en vous ? N'êtes-vous pas l'Espace Eveillé et immuable qui contient toutes les sensations changeantes ?


– Des sons peuvent également apparaître; ils naissent, durent un instant puis meurent, mais n'êtes vous pas le Silence d'où surgissent ces sons ? A quelle distance de vous se trouvent les sons ? Pouvez-vous mesurer une distance entre eux et vous ? N'apparaissent-ils pas exactement au centre de vous-mêmes ? N'êtes-vous pas un Silence infini traversé par les sons ? Les sons passent , passez-vous comme eux ? Les sensations et les sons sont changeants, n'êtes vous pas au contraire parfaitement immuable, toujours le même ? N'êtes-vous pas le Silence conscient et immuable qui accueille tout ce qui se présente ?
(Ne vous laissez pas distraire par les sensations; laissez les passer et revenez à la présence pure, à l'expérience du "Je suis")


– Des pensées et des émotions apparaissent aussi et passent, mais est-ce que vous passez avec elles ? N'êtes-vous pas l'Espace conscient dans lequel les pensées se produisent ? Etes-vous une pensée ou avez-vous des pensées ? N'êtes-vous pas plutôt la Conscience infinie qui les accueille toutes ? Vous aviez identifié le "Je suis" avec un corps, avec une forme et avec des pensées, mais que vous enseigne l'expérience du moment présent ? Etes-vous limité par une forme ? N'êtes-vous pas sans forme ? Etes-vous limité par des pensées ? N'est-il pas maintenant évident que vous êtes au-delà d'elles ? N'êtes-vous pas sans forme, silencieux, infini, immense, conscient, tranquille, immuable, serein ? Le "Je suis", ce que vous êtes, n'est-il pas tranquille ?


– Quel est votre âge dans l'instant présent ? En laissant de coté votre mémoire, pouvez-vous en toute sincérité vous donner un âge maintenant ? Avez-vous vingt ans, quarante ans, cent ans, deux mois, quinze jours ? N'est-ce pas évident que vous n'avez pas d'âge ? Que vous êtes frais comme si vous naissiez maintenant ? Cela ne signifie-t-il pas que vous êtes hors du temps, dans l'éternité ?

Ouvrez à nouveau les yeux maintenant (ou plutôt votre œil unique). De nouveau des formes et des couleurs réapparaissent, mais vous restez ce que vous êtes, vous ne changez pas.

VOUS ETES CELA, le Silence, infini, sans forme, éternel, conscient accueillant en lui toutes les sensations, pensées, émotions et sons.

Le Soi, ou la Conscience, CE que vous êtes, est au-delà de toutes les caractéristiques individuelles du moi empirique, mais, pourtant présent en son centre. Le moi ne peut, en effet, dire "je suis un individu" que grâce à l'existence du "Je suis". Le Soi ne change jamais; il est simplement recouvert par des identifications qui en masquent la présence en le limitant. Il n'y a pas deux "Je suis" en nous, un "Je suis" illimité et un "Je suis" égotique; il n'en existe qu'un, mais par ignorance, nous l'avons confondu avec le corps-mental.
Ainsi le "Je suis", lui-même, peut, comme le fil d'Ariane, nous faire sortir du labyrinthe de l'ignorance. Pour s'éveiller, pour retrouver la vraie nature du Soi, il suffit de prendre conscience de la présence infinie du Soi au centre de notre vie; il suffit de s'installer dans l'êtreté de nous-même pour que cette êtreté révèle son authentique dimension trans-individuelle.
Cet exercice très simple consiste donc à se placer dans le "Je suis" pour briser l'illusion de se croire un individu limité. L'attention à la présence de l'êtreté est comme un souffle sur des braises presque éteintes, elle revivifie le Soi en nous et allume l'incendie de l'Eveil.


Lire également :